Qu’est-ce que le tourisme solidaire ?

tourisme solidaire

Alternative sérieuse au tourisme de masse ou tourisme classique, le tourisme solidaire semble être de plus en plus prisé par les dernières générations de voyageurs. Cela, en raison de l’empreinte écologique et économique qu’imprime cette activité sur les localités parcourues. Dans cet article, vous pourrez découvrir les dimensions du tourisme solidaire telles que le wwoofing.

Que comprendre du concept de tourisme solidaire ?

Souvent assimilé au tourisme équitable ou responsable, le tourisme solidaire s’entend d’un tourisme « respectueux de l’environnement naturel et culturel » du milieu visité. En ce sens, il se distingue fortement du tourisme classique, considéré comme de masse dans lequel le voyageur se contente de satisfaire sa curiosité, ses sens sans aucun égard pour les retombées environnementales et sociales de son séjour sur le milieu.

Mieux, le tourisme solidaire s’accompagne du respect strict d’un certain code de conduite dont la finalité est d’offrir une satisfaction mutuelle à tous les acteurs de ce tourisme et non à une poignée de personnes.

De ce fait, la compagnie de voyage est tenue d’affecter une partie de ses bénéfices à la réalisation de projets communautaires dans la localité visitée, tandis que le voyeur peut s’y impliquer personnellement. Somme toute, l’idée sous-tendant ce concept est que tout voyage entrepris profite financièrement et écologiquement à la communauté locale visitée.

Quels avantages pour le voyageur ?

Tel qu’exposé plus haut, on pourrait conclure que le voyageur ni ne gagne rien de particulier comparativement au concept classique du tourisme. Et pourtant deux avantages majeurs en découlent pour lui.

Le premier est de profiter d’un périple et d’un séjour authentique, au contact de la culture locale, loin des clichés épurés du tourisme de masse. Le touriste bénéficie d’une véritable immersion communautaire partageant, logis, habitats et quotidien des populations autochtones.

Le deuxième est de contribuer au rétablissement d’une équité dans l’activité touristique en veillant à ce que les localités visitées bénéficient réellement des compensations financières qui prennent la forme de projets à impact social, éducatif, environnemental, économique ou sanitaire.

Comment voyager de manière économique et solidaire ?

Une fois le concept bien compris, et si vous y adhérez, il vous suffit de vous lancer dans l’aventure. Pour cela, vous pouvez vous essayer directement en vous rendant dans des lieux ciblés sur la base de vos intérêts, tout en prenant la peine de faire en sorte que votre séjour impacte directement vos hôtes ou la communauté d’accueil. À titre d’exemple, faire des achats chez des autochtones, dormir dans des enseignes tenues par des locaux.

Une autre façon de procéder est de passer par le biais de voyagistes acquis à la cause ou d’organisations spécialement dédiées au partage d’expériences entre voyageurs et hôtes. Une fois encore, vous pouvez vous lancer dans l’aventure en fonction de votre centre d’intérêt. Dans ce cas, la pratique du wwofing pourrait bien vous convenir si vous êtes un passionné de terre et de l’agriculture biologique, n’hésitez pas à vous rendre sur ce site pour en savoir plus sur le wwoofing

En effet, la World Wide Opportunities and Organic Farm est une association qui met en lien des bénévoles et des agriculteurs dans le but d’un partage d’expériences non monétaires afin de construire un monde plus durable. Le touriste WwooFER est accueilli par l’hôte dont il partage le quotidien à la ferme tandis que l’agriculteur reçoit des volontaires passionnés de la terre et la vulgarisation de l’agriculture biologique, avec qui il échange des expériences.

Laisser un commentaire